Pourquoi engager un avocat dans une procédure de divorce ?

Certains foyers connaissent l’harmonie, tandis que d’autres subissent des conflits conjugaux à longueur de temps. Quand les problèmes n’ont plus d’issue, les couples choisissent d’enclencher le divorce. Comme toute procédure judiciaire, il nécessite l’intervention d’un professionnel, notamment d’un avocat. Cela est dû à l’importance des intérêts qui sont mis en jeu.

Mener à bien sa procédure de divorce

La première étape d’une procédure de divorce est de prendre un avocat. C’est ce dernier qui va saisir le juge par une assignation. La suivante est celle où les époux sont convoqués par le greffe, à une audience de conciliation, aussitôt que la demande de divorce est déposée. Elle consiste à tenter de leur faire changer d’avis. C’est également une mise au point concernant les principales conséquences qui s’ensuivront quand le jugement de divorce sera prononcé. Par la suite, il incombe à l’époux qui demande la séparation, d’apporter la preuve des faits ayant rendu impossible la vie commune. En cas d’échec de la conciliation, une ordonnance de non-conciliation va entraîner l’assignation en justice.

En 2022, les procédures de divorce sont fortement allégées, afin d’être traitées rapidement et de diminuer les coûts. Cependant, les démarches de séparation pour faute peuvent être longues à cause des témoignages et de l’apport des preuves de la faute. Ces derniers sont tout aussi décisifs. Ainsi, il est important d’engager un avocat spécialisé comme https://www.amanibenlakhal-avocat.com/ pour défendre proprement ses intérêts. En effet, c’est aussi par son biais que les conjoints vont être informés des effets du divorce. Chaque démarche requiert la présence d’un avocat, pour assister au mieux les conjoints. Mais aussi, parce qu’il est chargé de rédiger le texte qui va constituer la convention de divorce.

Préserver les intérêts en jeu

L’époux qui demande le divorce doit mettre dans sa requête les points concernant le sort du domicile conjugal, la pension alimentaire, le partage des biens, la garde des enfants, etc. Tous ces points évoqués sont d’une extrême sensibilité, pour l’un des époux comme pour l’autre. Chacun d’eux voudra préserver ses intérêts. Mais le divorce pour faute, s’il est prononcé aux torts d’un des conjoints, entraîne tout d’abord le versement d’une indemnité pécuniaire en guise de dommage et intérêt. Cette somme varie même selon la gravité du préjudice subi. Ensuite, le versement régulier d’une pension alimentaire est probable. La somme de celle-ci peut être fixée par les époux, ou à défaut, par le juge.

Par contre, s’il se révèle que les torts sont partagés, les compensations financières n’ont plus lieu d’être. À chaque étape de la procédure de séparation, il est possible pour les conjoints de demander, par le biais de l’avocat, une modification de la base de la demande de séparation. Cela signifie que leur divorce pour faute peut être transformé en une autre forme, le divorce par consentement mutuel par exemple. Cela est possible si les époux ont trouvé un arrangement. Aussi, l’un d’eux peut, toujours à l’aide de son avocat, interjeter appel quand la décision ne lui convient pas. L’avocat est donc indispensable à chaque étape, quelle que soit la procédure, pour accompagner et conseiller son client.